CATHERINE ROUVERON - MURIELLE CORBIER Gouffre de La Fage 19600  Noailles Tél.: 05 55 85 80 35
Rejoignez-nous sur facebookCATHERINE ROUVERON

Le gouffre de La Fage,  Palais des chauves-souris

La beauté des concrétions n’est pas le seul intérêt du gouffre de la Fage, situé en Corrèze : il est le domicile d’un petit animal, à la fois mystérieux et méconnu, inoffensif et fragile, qui s’y cache, y vit, s’y reproduit : la chauve-souris. Soucieux de préserver la tranquillité de ce petit animal, une partie de la cavité n’a pas été aménagée, ce qui lui permet, notamment pendant la période des naissances, de se retrouver en toute sécurité pour s’occuper du bébé. Un aménagement particulier permet, à chacun, de mieux connaître ce petit animal, si extraordinaire. Mais peut-être aurez-vous la chance d’en voir quelques-unes, pendant votre visite ? Certaines périodes sont plus propices que d’autres. N’hésitez pas à nous interroger.
Un film documentaire sur les chauves-souris est proposé sur demande ou à des heures régulières l’été. Durée 52mn.

Le réseau Natura 2000

En réponse à la dégradation continuelle des habitats naturels et à la menace de disparition pesant sur bon nombre d’espèces sauvages, le conseil des communautés européennes adoptait, le 21 mai 1992, la directive «Habitat».
Cette directive impose aux états membres de communiquer une liste de sites remarquables, identifiables comme tels selon les critères définis dans le texte, en vue de mettre en place un réseau écologique européen cohérent : le réseau « Natura 2000 ».

Le but premier de la directive est de favoriser le maintien de la biodiversité, conserver les habitats, la faune et la flore, tout en tenant compte des exigences économiques, sociales, culturelles et régionales. Elle contribue à l’objectif d’un développement durable.

L’état français a choisi d’accompagner l’acte de désignation officielle d’un site en Zones spéciales de conservation d’un document d’objectif : un tel document, contenant un inventaire des richesses biologiques et les mesures de conservation à entreprendre, a été rédigé pour le site du Gouffre de la Fage, par le groupe mammologique et herpétologique du Limousin (e-mail : gmhl@wanadoo.fr)

L’originalité du Gouffre de La Fage, près du Lot et du Périgord, réside dans la richesse de sa population de chauves-souris. En effet, parmi les 33 espèces présentes en France, 14 hibernent à La Fage, dont 10 très régulièrement.

Le caractère exceptionnel de cette grotte du Quercy découle également de l’importance des effectifs : près de 14 000 individus en moyenne y trouvent refuge chaque hiver, toutes espèces confondues. Un véritable palais des chauves-souris !

Par ailleurs, le gouffre de la Fage ne constitue pas seulement un gîte d’hibernation, mais également un site de mise bas de première importance : 4 espèces à forte valeur patrimoniale s’y reproduisent, en formant là encore des colonies de plusieurs milliers d’individus.

Pour toutes ces raisons, La Fage figure parmi les sites les plus remarquables en Europe pour les chauves-souris et a été classé Natura 2000. 

Portrait de 3 espèces de chauves-souris du gouffre

Le Minioptère de Schreiber

Le Minioptère de Schreiber est l'espèce de chauve-souris la plus grégaire en Europe : elle forme dans les grottes des colonies comptant souvent plusieurs milliers d'individus. Ils sont 10 000 à La Fage, où ils hibernent (novembre à mars) et se reproduisent (mai à août).
Au crépuscule ils émergent du gouffre pour se disperser dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres, pour chasser les petits diptères et papillons qui composent leur régime alimentaire. Les signaux sonar dont ils se servent pour repérer leurs proies sont trop aigus (50 kHz) pour être audibles par l'Homme (notre oreille n'entend pas des sons supérieurs à 20 kHz). Mais en les ralentissant 10 fois grâce à un appareil nous pouvons les entendre et les étudier.

Le Grand Murin

Le Grand Murin est une des plus grosses espèces de France ; elle ne pèse pourtant que 30 g ! Mais avec ses 40 cm d'envergure, c'est un excellent voilier capable de voler à 40 km/heure sur plusieurs km. Son régime alimentaire se compose presque exclusivement d'insectes capturés sur le sol (Carabes, Grillons, Courtilières ...), aussi bien en prairie qu'en forêt. Il repère ses proies en écoutant le bruit de leur déplacement sur le sol, et se sert de son sonar surtout pour se diriger.
Au printemps il se reproduit à La Fage aux côtés du Minioptère, formant des essaims mixtes en profitant de leur chaleur mutuelle. L'hiver quelques 200 individus se dispersent dans la grotte pour hiberner.

Le Petit Rhinolophe

Le Petit Rhinolophe est une des plus petites espèces de France, avec ses 5 g pour 20 cm d'envergure.
Lorsqu'il est en léthargie, il se suspend à la voûte ou aux parois de son gîte, en s'enveloppant de ses ailes, ce qui le fait ressembler à un petit cocon noir.
Cette espèce très fragile à la destruction de ses habitats (forêts de feuillus, haies, etc..) hiberne à La Fage, mais ne s'y reproduit pas. L'été il chasse moustiques et papillons grâce à son sonar très particulier : ses signaux sont beaucoup plus longs et plus aigus que ceux des autres espèces, et restent sur la même fréquence ; on peut les entendre sans avoir à les ralentir grâce au système hétérodyne des détecteurs d'ultrasons.

La meilleure période pour me voir ? Dès l’ouverture du gouffre, au mois d’avril, alors que je commence tout juste à sortir de mon hibernation. Contactez le gouffre pour toute question sur votre visite de la grotte !

Top